samedi 24 janvier 2015

Les Taillebres dans la guerre de 14-18


                    Les Taillebres(se) dans la guerre de 14-18.

                                               -------------------------------------
(Cliquer sur les photos pour agrandir).



Berry au Bac,Cormicy et les environs.Septembre 2012

J’aurai donc visité ces parages pour la deuxième fois,en pèlerinage en quelque sorte, après une traversée du Chemin des Dames en voiture à la tombée de la nuit dans ce décor de collines et de fin du monde tout peuplé dans mon esprit de canonnades,de combats meurtriers,de cris effrayants et de  plaintes déchirantes.Les noms de sinistre mémoire défilent :Craonne ;Craonnelle,Pontavert,Moulin de Laffaux,plateau de Californie,la Caverne du dragon etc…Je ne pouvais que rouler le plus lentement possible.Ma compagne,agacée, ne prendra conscience de l’importance historique de ces lieux qu’en m’aidant à trouver les noms de mes lointains parents dans les nécropoles de Cormicy et de Jonchery sur Suippe.Le nombre de nécropoles,l’immensité des cimetières,l’alignement impeccable de croix individuelles créent un sentiment de malaise,de calme,de terreur et de mystère.

Un bien joli nom pour un pareil endroit.Il s’agit en fait du nom de baptême donné à la fin du 18ème siècle à un chemin peu carrossable qu’empruntaient les filles du roi Louis Quinze,Adélaïde et Victoire  pour se rendre,venant de Paris,au château de la Bove entre 1776 et 1789.Le dit château appartenait à  la duchesse  Françoise de Châlus.On fit empierrer le chemin « « qui prit le nom charmant de Chemin des Dames »précise Wikipédia. 



La route descend maintenant vers la vallée de l’Aisne.Il fait grand soleil ce matin.Nous avons dormi près de Beaurieux dans la vallée.Je ne me faisais pas à l’idée de dormir trop près des champs de bataille.Les camping-caristes sont partout chez eux,antienne bien connue,mais tout de même.Respects !.








               Les lieux sont chargés d'histoire.Marne,Aisne,Somme,les noms des fleuves ponctuent l'histoire de France de combats  de défense contre les tentatives d'invasion du pays depuis l'Antiquité. Le fleuve ,frontière naturelle,offre la possibilité d'observer l'ennemi et de se mettre à l'abri en attendant de contre-attaquer.
               

        Les lieux sont nettement marqués par l'Histoire comme il est dit ci-dessus.

     
   L'importance stratégique de ce chemin de crête n'avait pas échappé à l'Etat major allemand.L'offensive qui débute le 16 avril 1917par un déluge d'artillerie,dite Nivelle du nom du général qui la commande,qui devait être le point de départ de la reconquête du territoire va se trouver bloquée dès les premières heures par une résistance inattendue de l'ennemi bien retranché dans des casemates et autres"creutes". L'insistance du chef à vouloir passer coûte que coûte fera de ce chemin et des environs l'un des endroits les plus tragiques de cette guerre.Le scandale qui suivra l'échec de cette tentative manquée,mais coûteuse en vies humaines(200 000 morts)l'écoeurement et le découragement des soldats vont donner à la guerre,au-delà des mutineries, un tour et un sens nouveau. 



                          

     En clair:Jean Taillebrès originaire de Plougonven(Finistère),canonnier  du 3ème régiment d'artillerie à pied,relevant du 153ème régiment d'infanterire,est déclaré « tué à l'ennemi »à Cormicy le 2 mai 1917.Né le 29.8.82 il a 35 ans et 4 mois.D'autres recherches généalogiques me font découvrir qu'il est marié depuis 1908.Les canonniers à pied sont les servants des canons courts type « crapouillots »utilisés pour la défense des tranchées.En l'absence d'indications plus précises sur sa mort,comme sur le  lieu de sa sépulture ,il m'apparaît qu'il  a été tué au moment de la reprise des combats,trois jours après la date officielle du 29 avril arbitrairement présentée comme la fin de l'offensive Nivelle pour atténuer la gravité et le effets d'un échec patent.



           

  Ces témoignages photographiques permettent de se faire une idée de l'ambiance dans laquelle il a vécu ces derniers moments.  


              
                      

                                     Ci-dessus,le certificat de naissance de Jean Marie Taillebrès né de Jean Tallebrès(30 ans)cultivateur au bourg de Plougonven et de Jeanne Yvonne Bourven(27 ans) « ménagère avec lui »(sic).En dessous,le recensement de 1886 dévoile aussi l'existence de Charles Taillebrès de 3 ans son cadet qui s'expatriera plus tard dans la région parisienne et décèdera à Villejuif en1951 à 65 ans.Le lieu de la sépulture de Jean m'échappe pour l'instant.J'émets l'hypothèse que ses restes ont été recueillis dans l'un des ossuaires de Cormicy.



            Qui se promène aujourd'hui sur les bords du canal de l'Aisne à la Marne peut-il imaginer ce qui s'est passé ici pendant la première guerre mondiale ?Sans le secours de quelques photos ou images,j'en doute !.


       Je me souviens d'un poème que j'écrivais en 1982 :     
                                 Instances nouvelles.
                Tout est calme et prochain comme piégé d'innocence                
                Ils ne sont plus de moi que notre histoire assigne
                Déjà les flots rentrants découvrent des lointains
                Inconnus des vivants des traces et des signes...                                                                       

Mon homonyme Jean Marie Taillebrès est mort ici dans des conditions effroyables.Je l'aurai ignoré pendant un demi-siècle.Cette révélation me secoue en profondeur.Une immense fierté de voir ainsi ce nom que je porte avec plus ou moins de bonheur selon les moments,difficilement quand il est volontairement déformé et moqué,désigner par son martyr un héros de guerre incontestable : « mort pour la France ».Que savait-il de la France cet homme déjà mûr,marié,responsable de famille,cultivateur à Plougonven,bretonnant de surcroît,brutalement réquisitionné  par un Etat au bord de la déroute ?.Je veux croire qu'il aura trouvé parmi ses camarades un autre bretonnant histoire de parler un peu du Finistère,car ici cette région de plaines et de côtes dangereuses truffées d'ennemis,telle la célèbre côte 108,de canaux et de péniches,de cultures intensives a dû  lui paraître étrangère.Mourir pour le pays dans ces conditions est doublement funeste.On apprend certes.Ces jeunes paysans soldats,à leur retour au pays apporteront des améliorations à leur cultures et leurs techniques d'exploitation de la terre.Encore fallait-il en revenir !.
      

                  Le territoire de Sapigneul,commune pendant la guerre,est rattaché désormais à celle de Cormicy.L'ennemi est là!Et de quelle façon!.
                                                                   -----------------------                                 

Le site"Mémoire des hommes"de l'Armée Française fait état d'un autre Taillbresse(Guillaume) mort pour la France.




           J'écrivais  ce texte à l'issue de ma première visite au Chemin des dames.Guillaume Taillebresse originaire de Plourac'h est déclaré mort de ses blessures dans l'ambulance de Bussy le Château le 13 octobre 1918,c'est à dire un mois avant l'armistice.Recruté au 51ème régiment d'infanterie,au Hâvre,son nom apparaît sur le monument aux morts de Graville Ste Honorine.(Seine Inférieure).Il avait 38ans et 8 mois.Cette commune n'a été rattachée au Hâvre qu'n 1919.


                                  

                         



    Sa sépulture se trouve dans le cimetère de Jonchery sur Suippe.Heureusement qu'existe un registre à l'entrée pour les visiteurs et les familles car trouver une tombe sans plan relève de la recherche d'une aiguille dans une botte de foin.Bussy le Château,l'endroit de son décès est un petit village perdu au milieu d'une mer de cultures.C'est la Champagne.Avec pour voisins des noms de sinistre mémoire:Les Hurlus,Tahure etc...










Tombes provisoires(croix de bois)sur le territoire des Hurlus en 1917.
                

                                                   -----------------------
       Ajouts à l'évocation de Guillaume taillabresse.








Extraits de généanet concernant Guillaume Taillabresse et sa famille de Plourac'h.

             
                   Guillaume est donc le huitième enfant de la famille de Pierre Taillbresse et Isabelle Le Quéré(qui n'apparaît plus au recensement de 1896).François Marie né en 1865 épouse Joséphine le Camle 31 octobre 1892.Sa soeur Marie -Françoise née en 1862 épouse Yves Marie Lozach le 20 avril 1887.(Archives de Plourac'h).


 Je me suis aperçu en découvrant la tombe de Guillaume Taillebresse dans ce cimetière de Jonchery sur Suippe que son voisin Georges Jean Marie et lui étaient enterrés sous un même numéro de plaques.Encore une de ces diableries que le sort me réserve et jusques et y compris le rapport au sacré,car si un lieu doit être sanctuarisé c'est bien ici.Ces petits agacements dont je suis coutumier,mais qui s'accumulant et s'agglomérant finissent par faire mal.Je me suis fendu d'une lettre à qui de droit.Voir ci-dessous.Une réponse m'est parvenue 2 mois plus tard me disant que la direction revoyait toute la numérotation des tombes du cimetière(sic).Je me suis empressé de la perdre.

     

                      Restons polis!...
                                                          -------------------------

                           Images du Fort de la Pompelle à l'entrée est de Reims.Un musée pour les touristes et de beaux restes tout à fait évocateurs de cette époque de bruit et de fureur.

                             











Région de Reims.









                                                 -----------------------------
  
         J'écrivais ce poème à la suite de ma première visite au Chemin des Dames.J'avais découvert alors une petite chapelle consacrée aux soldats Bretons tués là-bas dans ces combats terribles.Je ne n'avais pas connaissance de Jean et Guillaume à cete époque.Mon texte était plutôt adressé aux poilus en général.Je le transcris ici en hommage à tous.Je n'ai pas retouvé la chapelle en question.
                                     
                                       Pedit evidomp.
                                    Priez pour nous.
                        
          
                                    -----------------------------

                                           
     Un autre Taillebresse J.décédé en 1915,apparaît sur le monument aux morts de Botsorhel,le lieu d'origine de ma lignée directe.Comme il n'apparaît pas dans Mémoire des Hommes en tant que "mort pour la France"je ne peux rien en dire de plus.





                                                         ------------------------------


video